A comme Avantages

« Un des avantages de la pauvreté, c’est qu’elle vous oblige à pratiquer la vertu. » Jerome K. Jerome.

Mais vous êtes un malin ! Vous avez berné tout le monde. Ils n’y ont vu que du feu. Vous aviez demandé 30 K€ et vous avez obtenu 30 K€. Et cela sans avoir à quémander, vous avez conservé la tête haute. La boîte a signé sans broncher. Jouissance extrême du roi des embrouilleurs, vous voilà sifflotant dans l’ascenseur qui vous redescend sur terre. Le contrat de travail, co-signé par les parties, se trouve dans votre main. Vous êtes le plus heureux des hommes (ou des femmes, ce sera selon).

2 500 euros par mois, en brut certes, mais cela fait une jolie somme. Vous attendez votre prochain bulletin de paye pour aller voir votre banquier en vue d’acheter cette magnifique voiture dont vous rêviez. Réflexion faite vous attendrez le bulletin de paye du mois d’après. En effet le mois est en cours et vous n’aurez droit qu’à un prorata de votre salaire.

Et voilà ce fameux samedi, dans la boîte aux lettres votre bulletin vient de vous être envoyé et vous courez chez votre banquier. Vous expliquez votre projet et votre besoin de crédit à la consommation. Vous glissez, de façon un peu pataude, qu’en plus vous avez un CDI et que vous travaillez chez une pointure du CAC 40. Le banquier connait très bien cette pointure, c’est à cause de loups comme vous que sa banque a perdu beaucoup d’argent et que depuis il encaisse les insultes et les railleries de ses clients.

Pour preuve de votre bonne foi, vous tendez au conseiller clientèle votre bulletin de salaire. Un bulletin d’un mois complet. Le conseiller tient sa petite vengeance face à votre orgueil de jeune embauché. Il se met à rire et vous rend le bulletin de paye. Vous ne riez pas. La voiture de vos rêves vient de perdre quelques chevaux fiscaux et autres options.

De retour chez vous, vous ressortez tous vos documents. 30 K€ sur le contrat de travail divisé par 12 mois, cela devrait faire 2 500 euros par mois. Au lieu de cela vous avez 2 150 euros. Il vous manque 350 euros par mois, 4 200 euros par an.

Cette introduction, un peu longue, quoique si vous êtes ici c’est que vous n’avez rien à faire de mieux ailleurs. Donc cette introduction pour revenir sur le sujet des avantages dans les SSII et cabinets de conseil. Évacuons tout de suite la plus grande arnaque, mais elle fonctionne toujours, celle qui consiste à inclure dans le salaire final les avantages que vous propose l’entreprise. Totalement illégal, mais tellement classique.

Car notre jeune recrue contacte illico son manager (il est tout nouveau, alors le manager ne fait pas encore le mort). «
Mais c’est mon meilleur [mettre le métier de votre choix selon votre profil] préféré. Tu as besoins de quelque chose ?
– En fait j’ai une question sur mon salaire. Nous avions évoqué 30 K€ et je viens de recevoir le bulletin de salaire d’un mois complet et je ne m’y retrouve pas.
– Ah bon ? Tu as essayé de voir avec les RH ?
– J’ai signé le contrat avec toi, tu devrais pouvoir m’expliquer.
– Je sors ton dossier (il range Auto Moto Magazine), donc nous disons 30 K€, oui c’est bien ce que j’ai. 
– Mais au final il me manque 4 200 euros par an.
– J’ai peut-être omis de t’expliquer le détail. Je vérifie sur le logiciel (activation de l’appli calculatrice sur son smartphone). Donc nous avons une prime de vacance de 500 € versé en juin et en décembre, soit 1 000 € sur l’année. Nous avons la prime de participation sur la base de celle de cette année : 1 600 € et nous avons le panier repas de 8 € sur une base de 200 jours. Soit un total de 4 200 €, plus ton brut, je retrouve bien les 30 K€
–  … »

Cette ventilation permet aux entreprises de s’exonérer de certaines charges sociales, de les réduire par des jongleries comptables. Bref d’augmenter encore un peu plus leur marge. Le tout dans la plus grande illégalité, nous insistons. Mais un jeune ingénieur tout frais sorti de son école, que connaît-il au droit du travail ? Et pour un ingénieur, lecteur du Dalloz, combien d’ignorants ? Et vous venez d’arriver, vous envisagez de poursuivre votre employeur ? Que des avantages !

Alors quels sont les fameux avantages de ces petits bobos couineurs, qui à peine sortie d’école touchent plus que leurs parents après une vie entière de labeur, et qui trouvent encore le moyen de se plaindre ?

La prime de participation. Elle est obligatoire dès que votre employeur a plus de 50 salariés. Cette prime est indexée sur les bénéfices de l’entreprise. Mais il existe tant d’astuces qui permettent à une entreprise rentable, avec un important chiffre d’affaire de ne pas faire de bénéfice et donc de ne pas verser cette prime. Pour se faire, on change de locaux, on achète une société concurrente, on verse des dividendes aux actionnaires. Et comme c’est la crise, on provisionne. Ainsi la prime de participation peut varier entre rien du tout et pas grand chose.

La prime d’intéressement, n’a rien d’obligatoire, mais elle est exonérée des charges sociales. Elle est plafonnée à 1 500 euros par salarié. La prime d’intéressement est calculée selon un mélange de kabbale, d’ésotérisme oriental et de hasard. La main gagnante qui permet de sortir du chapeau la valeur de la prime doit être transmise au bénéficiaire. Mais la base étant le salaire cela donne un caractère individuel à la prime d’intéressement quand la prime de participation est plus universelle.

La prime déjeuner, le panier repas, le ticket restaurant. Ou comment on vous croque ! Un employeur doit permettre à son salarié de se sustenter. Pour cela il doit mettre à sa disposition une cantine ou bien lui permettre de manger lors de la pause méridienne. La distance entre la mission et le siège rendant la chose improbable et impossible, vous avez droit à une compensation financière. Sachez que le choix du ticket restaurant n’est pas des plus malins, dès lors que vous serez en mission, votre commercial oubliera de vous les déposer. Vous obligeant à aller les chercher au siège, les tickets restaurant n’étant pas adressés par la poste.

Le panier repas est fixe. Une somme que vous devez justifier en adressant les factures de chacun de vos déjeuners. Sans facture pas de remboursement. A vous de faire votre ménage dans vos factures, trier, rassembler et adresser par la poste à votre employeur. Et vous n’êtes pas remboursé de l’ensemble de vos factures mais de 3, 4, ou 5 euros par jour.

La prime déjeuner reste ce qu’il se fait de mieux. Elle est versée sans justificatif dès lors que vous êtes en mission. Par contre cette prime est donnée à la gueule du client. Le coût journalier pouvant aller de 5 à 20 euros. Cette prime est fortement réglementée et les minimums et maximums évoqués plus haut, dépassent le cadre de la loi. Mais cela permet de déguiser le salaire, d’augmenter un salarié. Vous pourrez jouer sur ce levier le jour de l’entretien annuel d’évaluation. C’est totalement illégal mais c’est la seule façon de se faire augmenter un peu plus.

La cooptation. Ou comment votre employeur utilise votre réseau. Sorti de votre école d’ingénieurs, vous disposez des noms de toute une promotion. Tous aussi diplômés et compétents que vous. Alors votre commercial va vous pousser à proposer à vos confrères de promo une place en or dans cette SSII ou ce cabinet de conseil tellement génial que vous venez d’intégrer. Vous envoyez le CV de la personne, elle est embauchée, passe la période d’essai et vous touchez entre 500 et 1 000 euros selon les boîtes. Tout le monde s’y retrouve. Sauf qu’en dehors des fournisseurs de prestataires et de la franc-maçonnerie la cooptation n’est plus utilisée que dans la mafia. Aucune de vos chères entreprises du CAC40 n’a besoin de cooptation pour embaucher (de toute façon elles ne prennent que des prestats). Si les SSII et les cabinets de conseils étaient des employeurs reconnus pour leurs qualités humaines, la prime de cooptation n’existerait pas. Donc plus la prime de cooptation est élevée plus la SSII ou le cabinet de conseil galère pour embaucher et donc a mauvaise presse. Avec une période d’essai qui est passée à 7 mois, la prime de cooptation, il ne faut pas compter dessus pour vos cadeaux de Noël. Petite arnaque classique, si votre collègue de promotion envoie son CV directement au manager, vous ne toucherez pas la prime. Même si c’est vous qui aviez donné l’adresse mail du manager. Tout doit transiter par vous. Attention aussi aux reproches du type « Tu ne fais rien pour la boîte tu ne cooptes personne ». Nos amis ont un vrai travail, en plus ils lisent ce blog alors ils ne risquent pas de franchir le pas vers les SSII et les cabinets de conseil.

La prime d’apporteur d’affaire. Tel un rat crevé vous êtes tapis derrière la photocopieuse pour récupérer les documents « abandonnés ». Vous rodez dans les couloirs à la recherche du moindre bruit. Vous videz les serveurs de votre client à la recherche du moindre indice. Bref, votre traitrise est récompensée puisque vous découvrez un besoin important chez le client et comme vous êtes corporate, vous remontez l’information à votre manager. Client, Achats, Manager, le contrat est signé. La prime d’affaire est alors de rigueur pour vous remercier de l’acharnement passé à la recherche d’information … et surtout vous encourager à continuer. Par contre aucune règle sur le payement de cette prime. Parfois elle a la valeur d’une prime de cooptation, parfois beaucoup plus. Nous vous conseillons de monnayer chèrement vos informations. Tous s’achète, tout se vend.

Les remboursements de frais. Vous voilà en mission et pour satisfaire votre client vous devez vous rendre dans une succursale de province. Réservation, billet, aller-retour. Vous souhaitez vous faire rembourser votre billet puisque ce déplacement a été à la demande du client. C’est le début d’un chemin de croix : «
– Il nous faut le billet original !
– C’est une réservation faite sur internet, le billet est à imprimer, il n’est donc pas original.
– Donc pas de remboursement.
– Je peux vous transférer le mail de la SNCF.
– Si vous voulez, mais je préférerai le billet original. »

Il est de bon ton, quand on est un jeune cadre dynamique de railler les services publics et leurs lenteurs. Il est des assistantes RH bien plus idiotes que beaucoup de fonctionnaires. A ce moment le client vous demande aussi l’original du billet. Il vous faut donc deux originaux pour des billets réserver sur le net et à imprimer. Kafka is back.

La prime de Noël. Aucune régle à ce sujet et bien souvent aucune information. Il faut connaître un consultant en interne qui puisse vous fournir l’information sinon vous passez à côté sans en avoir été informé.

La mutuelle. Les SSII et cabinets de conseil imposent une mutuelle à leurs salariés. Jeunes diplômés, vous allez regretter les mutuelles estudiantines sur le prix et sur la qualité des services. C’est d’ailleurs surprenant que ces entreprises qui fournissent à ces mêmes mutuelles les meilleurs profils pour leurs projets, choisissent avec une rigueur d’horloger suisse, ce qui se fait de pire sur le marché mutualiste. Quant à ceux qui disposent déjà d’une bonne mutuelle et qui ne souhaitent pas en changer, merci de payer en double chaque mois. Si vous avez décidé de vous faire les dents sur plusieurs clients, pendant quelques années, attention au temps perdu à chaque changement de SSII ou de cabinet de conseil pour mettre à jour vos informations à ce niveau.

Les RTT. Il faut savoir que comme pour les mutuelles, la convention collective qui gère les prestataires informatiques n’est pas la meilleure qui soit. En résumé c’est l’application de la loi et strictement rien de plus (et même si on pouvait faire moins, on aimerait bien). 10 RTT cela veut dire 5 dont vous pouvez disposez et 5 à la discrétion de votre employeur. Même chose pour vos congés. Votre client a du mal à boucler son budget 2010, les trois dernières semaines de décembre il vous fait sortir de mission et bien voici 15 jours que vous ne passerez pas chez vous gratuitement. Voilà vos 10 RTT de perdues et 5 jours de congés entamés. Même si votre employeur sait que vous êtes repris en janvier. Car l’inter-contrat c’est la période où il vous faut écluser vos vacances et RTT. Le mois de mai et ses ponts finiront d’épuiser votre stock de jours de congés. Ainsi au mois d’août vous serez chez le client pendant que lui bronzera. Mais vous êtes prestataire et vous êtes là pour cela.

Entourloupes, filouteries, combines ; la règle se perpétue pour tout. Même pour ce qui concerne les avantages. Les SSII et cabinets de conseil sont conscients de leur mauvaise presse et du turn-over important de leurs salariés, alors il faut comprendre que l’investissement principal ne se fasse pas là. Bien sûr que la profession n’est pas à plaindre. Bien sûr que nous sommes jeunes et que nous sommes motivés. La seule remarque c’est que pour tous ces avantages, ces informations, il faut passer un temps fou à les chercher, à attendre leur confirmation, votre éligibilité. Et pour joindre tous les interlocuteurs, cela ne peut être fait que sur les heures de bureau.

« Quand dans un royaume il y a plus d’avantage à faire sa cour qu’à faire son devoir, tout est perdu » Montesquieu.

Débuter par Jerome K. Jerome et clore par Montesquieu, il n’y a pas que des désavantages. Mais l’avantage principal c’est que vous verrez, cela ira mieux demain.

Cap vers les avantages.

Prochain article : H comme Hors mission, le 30 novembre 2010

Publicités
Cet article a été publié dans Le blog's Ploc. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour A comme Avantages

  1. Working Gril dit :

    Alors ça ! C’est un bon site ! Je suis ravie d’être tombée dessus en passant d’adresses en adresses… Chaque article est bien plaisant à lire, je suis fan !

    Bonne continuation !

  2. Fred dit :

    Précision vécue sur la « prime rapporteur d’affaire » : eux : « ben non tu ne peux pas l’avoir, elle n’etait pas prévue au budget » – moi :  » comment pouvais-je prévoir que cette affaire allait se concretiser ?  » – eux : « ben c’est ca, faut se projetter, anticipier. Je peux essayer d’en parler au copil ; mais la prochaine fois penses à en faire la demande avant… ». Jamais eu de retour !!!

  3. Nadia dit :

    Bravo, c’est super bien écrit (et réaliste malheureusement !)

  4. Mutuelle dit :

    Précision vécue sur la “prime rapporteur d’affaire” : eux : “ben non tu ne peux pas l’avoir, elle n’etait pas prévue au budget” – moi : ” comment pouvais-je prévoir que cette affaire allait se concretiser ? ” – eux : “ben c’est ca, faut se projetter, anticipier. Je peux essayer d’en parler au copil ; mais la prochaine fois penses à en faire la demande avant…”. Jamais eu de retour !!!

    • ploooooc dit :

      Mutuelle, merci pour ce commentaire. Il traduit tellement bien l’absurdité des SSII et Cabinets de conseil. Un seul bémol, est-ce si difficile d’anticiper un tant soit peu ? De se projeter ? D’être pro-actif ? Tu ne crois quand même pas qu’un commercial peut le faire.

  5. Quentin dit :

    Et maintenand, même plus de RTT … et il paraît que c’est légal !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s