T comme Terminus

« Bravo alors comme ça l’article Terminus correspond donc à la fin de ce lexique !!! Car vous pensez vraiment que ce lexique peut s’arrêter ainsi, sans avoir évoqué le C comme Convention collective, le S comme Syntec, le I comme Indépendant, le S comme Stagiaire. Je prenais ce blog pour une référence sérieuse, il s’agit en fait d’un travail de fumiste. On ne quitte pas le radeau en pleine tempête, fut-il peint par Géricault ! »

Donc ce commentaire, il ne vous sera pas nécessaire de nous l’adresser, nous nous le sommes servis nous-mêmes. En effet cet article est le dernier de ce blog. Nous nous excusons de clore ainsi une expérience de neuf mois, mais vous espériez quoi ? Un cliffhanger façon LOST ? Vous pensiez que nous allions revenir pour une seconde saison ? Vous pensiez que nous allions vous apprendre que nous étions déjà tous morts ? Vous imaginiez que nous allions débrancher la matrice qui nous ment sur la réalité ? Vous croyiez que nous ferions tomber le masque pour vous dévoiler nos identités ? Et après, vous en auriez fait quoi ? Vérifier sur Google si nous étions bien consultants (ici) ? Sérieusement, si les meilleurs choses ont une fin, les pires aussi ; il faut que vous pensiez à vos chers managers que la lecture de ses perfides lignes vous a poussé à persécuter encore un peu plus.

Quand nous avons commencé la rédaction de ce blog, la notion de lexique était très importante. Par opposition à celle de dictionnaire, le lexique n’a pas vocation d’être exhaustif. Au gré de notre vie professionnelle nous avons noté, entendu, vécu des expériences que nous avons compilé dans ce lexique. 52 lemmes (c’est le terme exact pour entrée dans un lexique) pour brosser un rapide tableau de la vie des consultants. Plus, nous manquerions d’idées, nous retomberions dans la répétition facile. Et puis en fait, nous sommes en mission, il faut aussi que nous pensions à bosser un peu pour nos clients. Depuis neuf mois, cela va commencer par se voir.

En introduction (pour mémoire) nous expliquions que la vie d’un consultant c’était le Dr Folamour. Nous espérons que les gens extérieurs au consulting qui auraient lu l’ensemble des articles comprennent un peu mieux pourquoi nous avons le sentiment d’avoir appris à ne plus nous en faire et à aimer la bombe que nous sommes en train de construire. L’économie française va dans le mur avec ce modèle et nous en sommes les accélérateurs. Moins d’avantages, moins de droit du travail, moins de droit tout court ; plus de mobilité, plus de souplesse, plus pour quelques uns mais beaucoup moins pour le plus grand nombre. Le bilan c’est que la connaissance des entreprises est maintenant entre les mains de consultants interchangeables. A chaque changement d’un consultant c’est une partie de l’âme et du savoir de cette entreprise qui s’en va. Sur du long terme c’est catastrophique. Sur du court terme, cela coûte moins cher. C’est nous, ou au bout nous voyons un mur qui se rapproche ?

N’étant pas des économistes pédagogues il a fallut que nous expliquions, parfois de façon laborieuse, les tenants et aboutissants de ce business model, ses vices, ses faiblesses et ses perfidies. Ces chances aussi, pour des personnes qui peuvent ainsi entrer par la petite porte au sein de grands groupes. Pour tous ceux qui auront trouvé que les billets étaient trop longs à lire et ne contenaient pas assez d’images à regarder ; nous les invitons à se référer à un graphique qui dit en trois coups de crayon, ce que nous avons tenté de décrire en plus de 80 000 mots.

Vous avez le graphique, et pour les moins fainéants, le détail, le fonctionnement et les points de rupture, dans l’article. C’est clair, limpide, et même compréhensible par un manager. Bravo à son auteure (ici)

Pour coller une dernière fois à la vie de consultant, apprenez qu’après votre sortie de mission, il est assez fréquent que l’on vous demande de faire un bilan de votre dernière expérience professionnelle. Dans ce bilan vous saluerez le suivi de votre manager, son implication, mais cela, votre SSII ou Cabinet de conseil, s’en fiche royalement. Ils ne veulent qu’une seule chose, un maximum de noms de personnes dans l’entreprise où vous étiez pour pouvoir les contacter directement et leur vendre du prestataire. Amusez-vous à faire un bilan bien construit en remplaçant les noms des vos anciens clients par d’autres. Vous verrez que votre manager sera marri. A contrario, donnez les bons noms mais raconter n’importe quoi sur le contenu de votre mission et vous n’aurez aucune remarque. Cela s’appelle le suivi des consultants !

Donc voici le bilan de notre mission : Rédacteur de Blog Junior. Comme ce dernier ne sera jamais porté au grand écran, permettez-nous de remerciez ici, comme nous l’aurions fait à la réception d’un Grand Prix du Jury à Cannes, quelques personnes. A tout seigneur, tout honneur, beaucoup des lecteurs, que vous êtes, ont découvert le site grâce à un de ses articles. Nous souhaitons remercier ce journaliste de 01net.com (ici), merci Xavier. Nous souhaitons remercier Violette, dont nos spams l’ont lassée au point qu’elle aille lire le site, l’apprécie et en parle sur son blog (ici) allant jusqu’à trouver que la représentation qui était faite de son métier était assez juste. Tout comme nous remercions Sophie du blog BuroRH (ici) ou encore Yoshi du forum Supinfo. Et par avance nous nous excusons auprès de tous ceux que nous aurions oubliés.

Il nous faut aussi remercier une partie plus particulière de notre lectorat, celle qui a pris le risque de laisser un commentaire. A une époque où les SSII passent plus de temps à lire les statuts sur Facebook qu’à s’occuper de la gestion de leurs salariés, ce risque n’était pas anodin et nous les remercions donc de l’avoir pris avec nous et pour nous. Un merci particulier à Super Menteur et Consultor dont les commentaires complétaient et détaillaient nos articles. Puis merci à Seth, « Manageuse », Altern, Fred, leo@, TrouFion et le consultant masqué-heureux-pragmatique-réveillé. Merci à tous les autres. Le ticket d’entrée pour être cité était d’avoir rédigé plus d’un commentaire. Rattrapez-vous vite, nous corrigerons alors l’article. Merci à tous les lecteurs.

Merci aussi aux followers qui ont relayé sur leur réseau, nos piaillements de consultant, en particulier@LaCiPoIn, @Did_EPC. Enfin des remerciements particuliers à deux collègues qui se reconnaîtront et dont le savoir a largement comblé certaines de nos lacunes pour les billets les plus pointus.

Maintenant nous devons présenter des excuses. En effet si le référencement permet d’aboutir sur le blog quand on s’interroge sur le « calcul d’un TJM », les « Ticket restaurants » et « les SSII » ; nous nous excusons pour tout ceux qui recherchent une « tenue de Harry Potter » ; pour ceux qui veulent « Devenir pute besoin de sous » ; pour ceux qui sont « prive d’intimite pour faire caca » et pour toutes les personnes qui ont cherché des informations sur les salles de réunion (« tables et chaises pour salle de reunion », « nom salle de reunion », « couleur salle reunion »).

Mais surtout pardon à tous ceux qui pensait trouver la formule magique pour « demande augmentation ». Nous avons pu découvrir ceux qui trichaient avec leur smartphone en jouant au petit bac (« noms de ville en v »), ceux qui ont des questions existentielles (« comment faire capoter sa mission chez le client en ssii », « “vous vous voyez où” que repondre entretien », « demission periode d’essai culpabilite ») ou ceux qui veulent s’intégrer à tout prix (« fêter une naissance avec collègues quoi apporter », « qualités humaines recherchés par les employeurs chez les nouveaux embauchés », « vocabulaire a utiliser dans un entretien d’embauche »). Au passage, et comme cela semble être un sujet important pour beaucoup, voici un lien avec vidéos sur les nœuds de cravate (ici).

Le blog a-t-il eu un impact sur le monde ? Izura dans un commentaire (ici) nous annonçait sa résolution de tout plaquer pour l’Amérique du Sud et un élevage de pangolins. Le consultant pragmatique nous précisait avoir déposé sa démission grâce à ce blog (ici).

Mais plus sérieusement ? Quel poids avons-nous eu sur la planète ? Non, nous n’avons pas le melon mais regardez de plus près :

Depuis que ce blog existe Oussama Ben Laden est mort, Dominique Strauss Kahn porte un bracelet électronique, la Grèce est au bord de la faillite, la centrale de Fukushima a explosé et le steak haché rend malade. Vous ne remarquez rien ??? Cela saute pourtant aux yeux.

Qui constituent 20% des forces américaines ? Des prestataires extérieurs. Qui constituent 80% des équipes de nettoyages ? Des prestataires extérieurs. Qui rédigent, bidouillent, truquent ou modifient des reportings pour ses clients ? 100 % des prestataires de toutes origines et pas seulement les grecs. Qui gèrent les projets à risques (centrales nucléaires, construction d’avion, etc) ? Des prestataires extérieurs. Le monde est une immense SSII et depuis neuf mois il tourne bizarrement quand même.

Vous nous ferez alors remarquer que le steak ne peut pas être imputable aux prestataires. Que si ces derniers sont pressés comme des citrons, ils ne sont pas hachés comme des bœufs. C’est vrai, mais depuis neuf mois nous décrivons l’aspect nocif et les méthodes peu scrupuleuses des viandards de la place. Il fallait bien qu’un drame se produise un jour.

N’y voyez aucune clairvoyance de notre part et juste un rapprochement avec l’actualité. Car s’il est un fait d’actualité dont nous aimerions nous sentir proche, celui-ci n’a rien de dramatique. Il a été institué par un grand vieux monsieur : Stéphane Hessel. Ou comment, à 94 ans, il a fait prendre conscience à la jeunesse mondiale de sa force. Alors prouvez que le consultant n’est pas qu’un ingénieur matheux et ruez-vous sur son livre Indignez-vous ! Le livre ne fait que 32 pages, vous devriez arriver à le lire d’ici la fin de l’été.

Stéphane HesselComme Stéphane Hessel, nous avons souhaité que les consultants relèvent la tête, qu’ils prennent le temps de faire une pause et de voir, au travers de ce blog, la vie absurde qu’on leur fait mener. Vos commentaires, messages, tweets ont traduit un goût pour le beau langage, une capacité de réflexion, un sens certain de l’humour et de la dérision. Mais le fonctionnement des SSII empêche de se rassembler et d’avoir à plusieurs un regard critique. C’était le but de ce blog. Vous ne serez plus jamais seul, votre voisin d’open space, derrière son sourire carnassier, vit la même galère que vous

Alors bien sûr nous ne pourrons échapper aux remarques sur la vulgarité de nos posts et/ou de nos opinions. Permettez-nous de corriger la vulgarité en grossièreté et pour vous définir la nuance, de parodier Jean Yanne : « Commerciaux vous êtes des cons ! Vous nous trouvez grossiers, et nous, mes chers amis, nous vous trouvons vulgaires. Vous ne comprenez pas ? Nous allons vous expliquer : Dire merde ou SSII c’est pourri, c’est simplement grossier. Maintenant voyons donc tout ce qui est vulgaire : Prendre une voix feutrée et sur un ton larvaire vendre avec les formes au bon con de client, un consultant junior comme étant un sénior ou même un confirmé. Connaissant son effet sur les clients passifs faire croire que votre prestataire maîtrise son sujet alors qu’il a passé deux heures à lire Wikipédia. Employer les plus bas et les plus sûrs moyens pour ne jamais être disponible pour vos équipes ou leurs clients une fois la mission débutée. Enfin, jouer sur les bons sentiments afin de mieux arnaquer au moment des augmentations. Tout cela c’est vulgaire, ça pue, ça intoxique. Mais cela fait partie du jeu de la prestation. Vendre la merde, oui, mais sans dire un gros mot : Tout le monde est gentil, tout le monde il est beau. Mais là, mes chers commerciaux, vous ne pouvez comprendre Et dans un tel combat, nous ne pouvons que nous rendre. Alors commerciaux, salut, nous préférons nous taire Nous craignions, en continuant, de devenir vulgaires. »

Maintenant que nous disposons d’un peu de temps, nous allons reprendre chaque article, les agrémenter de nouvelles expériences et surtout corriger, enfin, les fautes d’orthographe. Que faire à présent ? Une visite du Louvre, nous pensons qu’il est temps de voir d’autres tableaux avant de devenir monomaniaque. Quant à vous ; et bien vous verrez, cela n’ira pas mieux demain, nous en avons la triste certitude.

Fluctuat nec mergitur

Publicités
Cet article a été publié dans Le blog's Ploc. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

38 commentaires pour T comme Terminus

  1. François dit :

    Serais-je le premier à laisser un commentaire sur ce dernier article?
    04/01/2011 00:54, c’est l’heure à laquelle j’ai ajouté ce blog dans mes favoris…Déjà 6 mois et déjà la fin ! Merci pour ce portrait (trop?) réaliste du monde du conseil.

    Une question sur le « rayonnement » de ce blog : combien de visiteurs par jour?

    • ploooooc dit :

      @François, le nombre de visiteurs par jour est totalement confidentiel. Plus sérieusement l’hébergeur de ce blog ne fournit pas le nombre de visiteurs mais le nombre de pages vues. Nous avons une moyenne de 500 pages vues/jour. Le premier à laisser un commentaire sur le dernier article c’est mieux qu’être le dernier commentateur du premier article.

  2. TrouFion dit :

    Bien, aussi triste soit cette nouvelle, je ne vais pas faire le discourt de la larme à l’œil, je tiens juste a vous remerciez également. Car pour répondre à la question : « Le blog a-t-il eu un impact sur le monde ? », si ce n’est pas le cas il a eu un impact sur moi.
    Depuis mes débuts de lectures de ce blog, j’ai pu :
    – Comprendre que je n’étais pas seul dans cette situation
    – Prendre confiance en moi et comprendre le mode de fonctionnement des SSII
    – Augmenter substantiellement mon salaire d’environ +35%, (deux SSII + 1 augmentation dans ma dernière ! si si cela existe !)
    – Passer des heures a faire semblant de travailler, ma tasse de café a la main et les sourcils froncé lorsque je sentais un regard sur mes occupations
    – Apprendre & comprendre comment faire chier mon manager et lui rendre la pareil,

    Et rien que pour cela, vous méritez tout les remerciements du monde ! Bonne continuation a vous !

  3. El Dev dit :

    Merci pour ces 9 mois de glande.
    J’ai apprécié la régularité de parution des articles.

    Sur mon CV, il est désormais inscrit : « SSII s’abstenir »

    • ploooooc dit :

      @TrouFion, @El Dev merci pour vos remarques. Normalement, après neuf mois de gestation, ce qu’il ressort est un peu mieux qu’une détestation des SSII. Nous ne souhaitions que vous éclairez, libre à vous ensuite, d’en jouer ou de les fuir. Nous avons toujours indiqué que l’angle un peu humoristique de ce blog nous obligeait à forcer un peu le trait. Quant à la solution pour boire le café le sourcil froncé, nous vous avons laissé quelques liens vers des blogs d’aussi bonne facture.

  4. PetitNarya13 dit :

    Merci pour tout, ploooooc !!! A peu près tout ce que vous avez écrit sur ce blog est tellement vrai… Après un peu plus de quatre années passées en SSII, je ne peux que confirmer ! Je me suis récemment fait « interner » par le client chez lequel j’étais placé, c’est peut-être le point de départ d’un nouveau blog qui prendrait la suite de celui-là 😉

    • ploooooc dit :

      @PetitNarya13, nous avons encore raté le I comme Interne et repartons sur X comme Xanax. Peut-être qu’en consacrant un peu plus de temps aux projets et un peu moins au blog un jour nous écrirons le Petit Lexique Officieux des Salariés.

  5. Encore un consultant... dit :

    J’ai lu l’ensemble de ce blog au fil de la publication des billets depuis fin 2010; et c’est de loin le blog le plus plaisant à suivre que je connaisse sur ce sujet (et pourtant j’en ai lu depuis que je suis en ssii!).

    Ça doit être pour la qualité d’écriture (si on fait abstraction de vilaines fautes, notamment lors de l’utilisation des se-ce-ceux ;)), à l’humour, mais surtout à l’impression que c’est mon voisin de bureau ou mon double schizophrène qui relaie ces articles tant ils témoignent précisément de mon environnement de travail.

    Dommage donc que ce soit la fin, il me reste de longs mois de préavis à combler… avant de repartir vers de nouvelles aventures.

    Merci et bonne continuation.

    • ploooooc dit :

      @Encore un consultant…, les fautes d’orthographes sont volontaires. Sans faute vous auriez été obligé de vous positionner à la fin de chaque article entre d’accord ou pas d’accord. Il fallait penser aux Sans Opinion. Les fautes sont leur échappatoire. Avec des fautes, ils ont le choix entre d’accord, pas d’accord et bourré de fautes.

  6. Mercegiaire informaticien dit :

    Mais alors on doit retourner travailler?

    Moi qui voyait ploooooc comme un pigmaillon, ou pour les plus geek un maitre yoda de la SSII et de la way of life (Terme anglais voir « KPI ») en général,c’est une lourde perte.
    Comme tant d’autres jeunes qui vont sortir d’une écolé d’ingé informatique et vont surement se faire happer par une ssii, tu nous abandonnes au milieu de la route….
    (J’essaye de te faire culpabiliser…ouais c’est dégueulasse mais c’est une technique de manager que tu nous appris… »EAI »).
    Oh ne t’en fait pas pour moi,les mug « i’am the plooooc » vont devenir collector, je vais vite devenir riche mais ca n’effacera pas le vide que tu laisses.
    Je regrette de ne pas avoir poster avant, moi qui fait ta promo dans ma pormo (merci Yoshi….).
    Enfin ma langue va pouvoir se reposer, las de se faire mordre pour éviter de rire devant mon chef de services….

    Et comme le disait notre ami Jack Beauregard :
    « Finir est souvent plus difficle que commencer et un blog comme le tien doit finir en beauté. »

    Vas-tu nous dévoiler ton identité afin
    Que les consultants te fasse une statue et prennent tes articles comme nouvelle bible;
    Que les managers sache quelle nom donnée à leur poupées vaudoux;
    Que les fans crée un groupe Facebook demandant ton retour juste en dessus de celui qui réclame un burger king dans leur ville?
    Et surtout d’écrire une nouvelle page de ta vie à meme le corps de jeunes demoiselles rencontrées Cf « You’re great ».

    Je sais je n’y crois pas non plus mais fallait bien que quelqun tente!C’est meme à ca qu’on le reconnait non? 😀

    Enfin il ne reste plus qu’à lire et relire tes articles pour que plus tard papy consultant explique à baby consultant pourquoi il se fait exploiter à bengalore sans smartphone ni toilette.

    J’espere que tu reviendra vite, que tu continuera ta croisade avec de l’humour.

    Hasta luego à demain si ton manager le veut.

    • ploooooc dit :

      @Mercegiaire informaticien, non tu n’es pas obligé de retourner travailler. Il fait beau, les robes sont courtes et les terrasses de bistrot accueillantes.
      Nous vous laissons sur le bord de la route, un manager vous écraserait. Laissez tomber la statue, l’idée que les pigeons nous chient dessus rappellerait trop les relations consultants/managers. Quant aux poupées vaudoux, un manager n’a pas les neurones permettant d’actionner en même temps le bras pour piquer et la bouche pour les incantations.
      La seule vraie bataille reste le retour d’un Burger King dans ma ville.

  7. Super Menteur dit :

    Merci Ploooooc, qui que tu sois, tu nous a bien fait rire. Ce sera dur de retrouver un blog équivalent. Plus de blog, il va falloir bosser. Grâce à l’arrêt des publications je prévois un gain de productivité pour l’économie française sur le 3ème trimestre 2011.

    • ploooooc dit :

      @Super Menteur, il restera au moins ça : le rire, qui est le propre de l’homme. Nous avons tenté de redonner un peu d’humanité à nos jobs de con.

  8. Consultor dit :

    Puisque je vois qu’on est en fin de VSR, on va pouvoir donc signer le PV de recette définitive du ploooooc’s blog :
    – 0 anomalie bloquante
    – 0 anomalie majeure
    – 0 anomalie mineure
    Faudra donc organiser comme il se doit un pot pour la signature de cette recette, bien évidemment managers de SSII persona non grata pour ces libations !

    • ploooooc dit :

      @Consultor, nous n’attendions que ton commentaire pour signer le PV et donner notre Go. Par contre la Qualification a relevé des anomalies non bloquantes dans le développement des billets. Il semblerait que notre main-d’œuvre bon marché ait truffé les articles de fautes d’orthographe. Vive l’externalisation à Bangalore !
      Mais comme nous sommes devenus une entreprise très, très riche nous prendrons un stagiaire qui passera son été à corriger pendant la période de garantie.
      Et comme nous ne sommes pas des chiens, nous offrons le café !
      RDV 9h45 à la machine du 3ème étage.

  9. Consultor dit :

    Histoire de garder le moral, une petite chanson interprétée par des consultants de l’Antiquité :

    (je sais qu’il y a pas mal de fans des Monty Python chez les consultants 😉 )

    • Super Menteur dit :

      Car comme le disait Lucius Commercius Managerius : « Un bon consultant est un consultant crucifié. »

  10. Altern dit :

    Alors c’est fini…
    Bizarre….
    J’ai un sentiment de tristesse.
    Ce blog est de loin le meilleur que j’ai jamais lu (et croyez-moi, des blogs, en tant que consultant, j’ai eu le temps d’en lire…). Jamais je n’ai autant accroché, ne me suis autant identifié à son auteur…
    A l’heure où j’écris es lignes, ce qui a changé pour moi c’est que j’ai claqué ma 1ère dém et que je suis en interco pendant mon préavis de 3 mois parce que :

    – je me faisais chier
    – il faut tourner pour être augmenté (je confirme…)
    – j’ai accepté le fait que j’étais un mercenaire, j’ai fait la paix avec moi-même
    – ça me dit bien de retourner le système contre les managers pour changer…

    (Evidemment, je me suis débrouillé pour que le client « sache » que j’étais démissionnaire, me faire sortir et comme ça, j’ai enfin des vacances, de vraies vacances que je n’ai pas connu depuis 4 ans, et en plus je peux enfin m’occuper de certains soucis persos ! Royal !)

    Honnêtement, vous avez influencé sur ma façon d’être. Je suis quelqu’un qui est naturellement enclin au cynisme mais vous m’avez « libéré » d’un poids : celui de croire que j’étais le seul à penser comme ça. Celui de croire que j’étais le « rebel » du service, le « vilain petit canard » du système. Parce que la réponse des gens à qui vous en parlez, surtout du côté des managers ou RH, c’est du style « bah mon pôv’ vieux, c’est comme ça. Si ça te convient pas, va voir à Francprix si ça recrute ! » (on passera sur l’agréable idée pour un bac+6 de se voir conseiller d’aller bosser en rayonnage mais bon…)
    Non, je ne suis pas un vilain petit canard. Non, je ne suis pas le seul à penser que y a mieux comme idéal de vie professionnelle (ok, y a pire aussi…). On est des tas à ouvrir les yeux et à refuser de bêler avec le troupeau (ou alors à le faire hypocritement/pragmatiquement en n’en pensant pas moins, du reste…)

    Ploooooc, je ne sais pas qui tu es.
    Pendant ces 9 mois, la durée de ma dernière mission d’ailleurs, j’ai eu l’impression comme d’autres que tu étais mon collègue, qu’on vivait les mêmes choses. Je suis d’ailleurs presque sûr que nous faisons parti de la même boîte.
    C’est dire si, tous autant que nous sommes, nous ne ressemblons qu’à des copiés/collés…
    Tu vas me manquer, vraiment. Et je ne saurai pas qui tu es (c’est mieux ainsi), mais à te lire toi et ton humour délectable qui m’a bien souvent déridé après une journée de consulting pourrie chez le client, eh bien à te lire j’ai eu l’impression de recevoir les conseils et le soutien d’un « frère d’arme ».

    Un jour, dans un avenir que j’espère pas aussi lointain que je le crains, je quitterai ce monde abject des SSII, où la seule réelle valeur qui est portée aux individus qui les composent, c’est leur valeur marchande…

    Je sais grâce à vous que je préfère me lever le matin en étant heureux de partir bosser, plutôt que de traîner les pieds pour y aller et sur place finasser pour faire passer le temps sans que ça se remarque trop… Quitte à moins bien gagner ma vie !
    On passe plus de 40 années de notre vie au taf, la moindre des choses est de faire un métier qui nous passionne.
    Le service, ça me fait bien bouffer, ça me rend expert en manipulation et (dis)simulation et surtout j’en profite largement côté finances, mais ça me passionne VRAIMENT pas.

    Un jour, si ce blog existe encore, je reviendrai ici pour vous dire « voilà ! pour moi la ssii, c’est fini ! ». Un jour, je parviendrai à faire un job qui me passionne et ce sera grâce à toi en partie !

    Merci pour tout, bonne route et porte toi bien !

    Altern

    p-s : je vais vraiment finir par le lire ce foutu bouquin de Hessel…

    • ploooooc dit :

      @ Altern. Le blog sera toujours là pour accueillir la nouvelle de ta promotion.
      C’est peu dire que nous avons beaucoup aimé le commentaire. Mais nous ne retiendrons qu’une seule chose : Lis le livre de Stéphane Hessel. A l’âge où nous sortons d’école d’ingé, il était interné à Buchenwald. A l’âge où nous crachons des reportings, il rejoignait la France Libre. A l’âge où nous nous questionnons sur l’assortiment de nos cravates avec nos chemises, il participait à la mise en place de l’ONU. Il milite toujours pour que les jeunes générations fassent vivre et transmettent les idéaux du Conseil national de la Résistance. Une leçon d’humanité.

      • Altern dit :

        Je vois que nous partageons bien plus qu’un humour corrosif.

        Je lirai donc le livre de ce grand Homme avec le recul nécessaire qui sied à un tel personnage et un tel message 🙂

  11. le consultant masqué-heureux-pragmatique-réveillé dit :

    Merci Plooooc !

    J’avais déjà lu le livre de Hessel avant d’avoir lu votre blog, il m’a (peut être plus) aidé à chercher de nouveaux horizons radicalement différents. Il m’a aussi aidé à « réveiller » certains de mes collègues désormais amis.

    Afin de laisser à ce blog la postérité que je pense qu’il mérite, voudriez-vous bien en faire un petit PDF (on ne sait jamais ce qui peut arriver avec Internet de nos jours…) ? Je vous conseille aussi de le publier en version papier.

    Bonne continuation, en espérant que nos chemins se croiseront.

    • ploooooc dit :

      @Le consultant masqué-heureux-pragmatique-réveillé, conseil suivit, la version PDF des billets est disponible. Faites-en la demande par mail (ploooooc@gmail.com). Quant à l’avenir de ce blog et sa durée de vie sur la toile … rien n’est éternel :
      La disparition de la bibliothèque d’Alexandrie nous a privé des papyrus de Prestatoris, consultant Architecture pyramidale sous Khéops.
      La prise de Rome s’est faite au détriment des textes de Consultium, Chef de projet flux et liquides sur les aqueducs impériaux.
      La conquête de l’Ouest nous interdit de connaître les bons mots de TJM Pas cher, indien sioux et prestataire Migration.

  12. Bob l'oncle saoul dit :

    Voila,

    Moi aussi j’ai suivi votre blog pendant ces mois et lu tous vos articles…c’est un peu dans la continuité de l’open space m’a tuer que j’avais prit du plaisir à lire.
    J’aurais bien encore lu quelques articles, il y a encore tant à dire, moi qui prestataire devrait passer interne (enfin pour bosser sur une mission d’assistance pour une autre boîte…donc un peu dans le style du consulting mais pas dans une SSII) j’aurais bien fini mes derniers jours de SSII avec votre blog.
    Tout ce que vous avez écrit est vrai et vécu. J’en ai vécu d’autres…..par exemple j’avais un surnom sur ma précédente mission qui était l’arlésienne….ma boîte n’était pas dans le panel de sous traitants du client suite à une absorption des activités par la société mère et à chaque fin de mission tous les 3 mois on m’annonçait que c’était la dernière….et à chaque fois j’étais rappelé car on était moins chers et j’étais formé pour le poste (intéressant au demeurant) que j’occupais. Il m’est arrivé de faire un pot de départ le vendredi soir, et d’être rappelé le lundi 17h pour retourner le mardi chez le client….

    Vous nous manquerez le ploooooc.

    Bob, l’oncle parfois sobre.

    • ploooooc dit :

      Nous aussi nous aurions bien fini nos derniers jours de SSII avec le blog. Mais la vie est un perpétuel recommencement. Sauf pour Bob l’oncle saoul, félicitations pour l’internalisation, c’est toujours mieux que les SSII et autres cabinets de conseil.

  13. Alt+Suppr dit :

    Si jamais il te reprenait l’idée de continuer ce blog je propose C comme Centre de compétence, T comme TMA, F comme Formation.
    Tes billets me manquent.

  14. Cher Ploooooc,

    J’ai découvert votre blog assez tard et je viens d’en terminer le dernier article. Comme beaucoup je suis un peu triste à l’idée qu’il n’y aura pas de nouvel article, mais je pense que vous avez raison, et que la répétition nuirait à la qualité. Je pense que vous êtes bien trop modeste en vous demandant si vous avez réellement eu un impact en rédigeant ces longs billets, car il est pour moi devenu une référence en la matière.

    Pour avoir lu les publication tel que « L’open space m’a tuer » ou les différents blogs sur le sujet je trouve votre style soutenu, incisif et délicieusement cynique. Sans pour autant prendre l’accent syndicaliste de certains site compagnon (au sens latin du partage de la même douleur), vous mettez le doigt la ou ca fait mal, et j’espère sincèrement que les moins bovins des managers viendront lire son contenu.

    Si dans le futur vous décidez de continuer l’écriture ou décidiez de publier vos œuvres, sachez que vous pouvez d’ores et déjà compter un lecteur/acheteur.

    J’ai commence mon expérience professionnelle en tant que prestataire dans une grosse SSII française et vos récits et anecdotes n’ont cessé de me rappeler des situations vécues, à la différence que mon manager était compétent et loin des marchands de viandes que vous décrivez (pour cette raison il n’a pas fait long feu dans la boite et a démissionné a peu près en même temps que moi, les compétences politiques étant primordiales aux techniques pour survivre dans cet univers…).

    Par la suite j’ai décidé de tenter ma chance par delà les frontières, sentant que le climat n’était pas vraiment propice aux ingénieurs/développeurs dans notre beau pays. J’ai eu la chance d’intégrer une startup grandissante où mon travail est reconnu et pour qui capitalise sur mon expérience. Je ne veux pas pousser les gens à fuir la France sur un radeau vers des cieux plus cléments, mais je veux simplement encourager les plus jeunes qui vous lisent en disant que d’autres structures existent et certaines sociétés croient encore que la technique et le savoir faire a sa place au cœur des entreprises.

    Certes tout n’est pas rose (les acquis sociaux français sont très loin d’être égaux partout…), mais comme certains le souligne, on passe une bonne partie de sa vie au travail, donc autant apprécier ce que l’on y fait. Maintenant je n’exclue pas de revenir un jour travailler dans notre belle patrie, mais tant que les entreprises miseront sur l’externalisation de leur cœur de métier pour satisfaire leurs actionnaires, j’y réfléchirai à deux fois (ce blog m’a même un peu conforté dans ma décision actuelle).

    Quant à vous cher Ploooooc (que vous soyez une personne ou un collectif), j’espère que vous ne gâchez pas votre talent littéraire à rédiger des spécifications inutiles au fond d’une ZAC et que vous trouverez votre bonheur chez un client, à tenir un bar sur plage paradisiaque, à élever des moutons dans le Larzac… Les possibilités sont infinies. Mais d’un autre côté j’aime a penser que le Ploooooc se cache derrière chaque soldat que compose l’armée des prestataires tapis en régie (d’où le masque de Guy Fawkes).

    Je conclurais avec cette citation d’un certain Tyler Durden : « Look, the people you are after are the people you depend on. We cook your meals, we haul your trash, we connect your calls, we drive your ambulances. We guard you while you sleep. Do not… fuck with us. »

    • ploooooc dit :

      Et oui le Ploooooc est un collectif, aujourd’hui c’est moi, hier c’était toi, demain un autre, cent autres arboreront le masque de Guy Fawkes. Pendant ce temps je tiendrai le bar d’une plage paradisiaque sur le plateau du Larzac, en misant sur la hausse du niveau des océans pour faire fortune.

      Pas de soucis sur la qualité de mes spécifications, je ne suis pas assez capé pour les rédiger. Je n’ai que le droit d’aligner des chiffres dans une feuille de tableur. Et même si je fais cela de façon soutenu, il est difficile d’être incisif ou cynique.

      Enfin comme disait Tyler Durden : » Maybe self-improvement isn’t the answer.Maybe self-destruction is the answer. »

  15. Tylendel dit :

    Cher Ploooooc,

    J’ai pris plaisir à lire ce blog. Je ne fais pas parti des consultants ou prestataires mais du coté des vilains, et oui, je suis recruteur (et parfois un peu RH…si si c’est possible même en SSII)!
    Non, je n’écrirai pas de discours incendiaire sur ce que j’ai pu lire, parce que les recruteurs aussi ont leur « fardeau ». Nous aussi nous avons attendu des heures d’être reçu par X ou Y pour le poste de Responsable RH de la BU de la société BIDULE.. alors qu’on a 0 expérience, ou le titre de la fonction est belle alors que ce n’est que du recrutement et qu’a la 1° occasion vous serez descendu en flèche par vos boss.
    J’ai trouvé les articles un peu durs parfois…et en même temps surement réaliste puisque pour ma part, j’ai fait pas mal de SSII pour trouver celle qui me plairait…et aujourd’hui, j’avoue je ne reconnais pas ma société dans ses propos, mais je reconnais certaines dans lesquelles j’ai bossé! Celles dont on sait déjà dès l’accueil qu’on ne sera qu’un numéro, sans aucune considération, et où lors de l’entretien on se rencontre que la personne n’en a rien à faire de notre parcours et de notre vécu, celle où si vous êtes IED java, on vous proposera un poste de IED VBA ou cobol (bah oui c’est à la mode…). Personnellement, j’aime ma boite, et j’aime mon boulot parce que j’ai toujours eu la chance de rencontrer des ingénieurs (autrement dit « vous ») intéressants, intéressés et qui m’ont appris leur métiers, comment reconnaitre un profil intéressant.

    Juste pour dire qu’il existe quand même des sociétés qui sont bien (même s’il faut pas mal cherché) et que tous les internes ne sont pas aussi flemmard que certains le pense.(et oui je suis en congés aujourd’hui! 🙂 )

    Bon courage dans vos recherches!

    • ploooooc dit :

      Tylendel, nous répétons que le souhait initial de ce blog est de faire rire avec des situations vécues. Pour faire rire il faut soit forcer le trait (Le monde des SSII et des Cabinets de Conseil n’en a pas besoin), soit rire au dépend de l’autre (Commercial, RH, Big Boss). Au delà du monde de la prestation informatique c’est l’évolution du monde du travail qui est dépeinte. Bien sûr qu’il existe des boîtes éloignées de la dureté de nos exemples, au même titre qu’il existe des tigres blancs. Mais ce n’est pas la norme.
      Merci de ne pas prendre sur vos heures de travail pour lire des niaiseries, cela vous permet d’être plus à l’écoute de vos consultants. Notre responsable RH n’a pas vos scrupules.

  16. Devriez passer indep, difficile de cracher dans la soupe quand on surnage dedans…

    • ploooooc dit :

      Etrange attracteur, votre commentaire met en lumière la difficulté d’apporter un regard amusé, objectif, différent sur le travail que l’on fait, sans que cela ne soit forcément de la critique.
      Vous proposez de changer de statut. Cela revient à ne pas vouloir voir une gangrène, à en parler et la traiter comme une piqûre de moustique. Votre proposition ne règle pas le problème, elle le déplace.
      Quant à « cracher dans la soupe », voici une expression inventée par les patrons pour empêcher toutes remarques de leurs salariés. Nous lui préférons Beaumarchais : « Je lui dirais… que les sottises imprimées n’ont d’importance qu’aux lieux où l’on en gêne le cours; que, sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur ; et qu’il n’y a que les petits hommes qui redoutent les petits écrits. »

  17. Avant, au moyen âge, les mercenaires étaient des guerriers avides d’argent sans foi ni loi que tout le monde détestait. Ils puaient, étaient vulgaires et violents et n’avaient aucune morale.
    Aujourd’hui, on les a renommés consultants, emmaillotés dans des costumes et noyés dans le déodorant et on les vend comme le fleuron de l’évolution du marché du travail.
    Les temps changent…

    • ploooooc dit :

      On a vu des femmes se faire violer ou des villes se faire piller par les plus régulières des armées. Votre définition du mercenaire/consultant est cependant conforme à celle de Wikipédia. Cette définition pourrait être à merveille celle du métier de consultant : « Un mercenaire est un combattant étranger aux parties en conflit, « spécialement recruté dans le pays ou à l’étranger » et qui « prend une part directe aux hostilités ». Ce combattant doit également avoir un « avantage personnel » à participer à ce conflit, qui doit prendre la forme d’une rémunération « nettement supérieure à celle » de ses homologues de l’armée régulière. »

      Permettez-nous une petite nuance, il y a des consultants qui puent, vulgaires et sans morale malgré les parfums rares et les costumes distingués dont ils se parent. Et à l’inverse nous connaissons de classieux mercenaires : Yul Brynner, Steve McQueen, Robert Vaughn, James Coburn.

      • Altern dit :

        Un an après, toujours aussi en forme le Ploooooc 😉

        • ploooooc dit :

          Nous essayons de nous maintenir… Et comme un an après le doux monde du consulting ne change pas, pourquoi changerions-nous ? D’ailleurs nous sommes en train de préparer notre retour dans le même esprit mais sur un autre blog.
          Ploooooc is not dead !

      • Kokoronyu dit :

        L’autre ennui récent, c’est que les chefs d’état se plaisent à faire croire qu’il n’y a plus de place dans l’armée régulière et qu’il n’y a guère plus d’embauche que chez les mercenaires. Après, une analogie plus fine serait celle d’un vampire : à partir d’un certain âge, le consultant a trop honte de lui pour encore pouvoir contempler son reflet.

        En guise de mercenaire distingués et raffinés, j’aurais plutôt cité John Constantine, Richard Kiel et le chat potté, mais tout cela est une question de goût 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s